Les Groupements d’Employeurs, l’avenir du travail à temps partagé ?

Le travail à temps partagé, le nouveau visage de l’emploi

Fini le travail ennuyeux, aujourd’hui les nouvelles générations souhaitent des formes d’organisation qui leur permettent de s’enrichir et de sortir d’un cadre monotone.

Sous ce prisme, le travail à temps partagé (TTP) prend du sens. Rien n’est surprenant, les mutations économiques, les nouvelles lois travail et le contexte concurrentiel des entreprises conduisent les acteurs (entreprises et salariés) à se réorganiser et à s’inventer une nouvelle forme d’emploi plus proche des besoins de chacun. 

Parmi les différentes approches du TTP, le GE est la forme la plus aboutie dans la sécurisation de la relation contractuelle adhérent/salarié.

Le législateur ne s’y trompe pas. Le député Jean-Charles TAUGOURDEAU, dans le cadre du projet de loi Pacte en faveur des PME et de l’emploi appuie l’idée que les groupements d’employeurs sont de véritables leviers pour « accompagner, faciliter, activer la croissance des TPE/PME ». 

Le GE : mutualiser pour mieux sécuriser

Le premier objectif d’un Groupement d’Employeurs est de créer des emplois à temps plein en CDI à partir des temps partiels au sein des différentes entreprises. Le concept de la mutualisation permet donc de multiplier les opportunités d’embauche. 

Le GE sécurise la relation tripartite entre le salarié et l’entreprise adhérente. Il contractualise le salarié en CDI et lui garantit le respect de la réglementation sociale.

Expert en matière de Ressources Humaines et proche de ses entreprises, le GE soutient ses adhérents dans leurs organisations en les conseillant et en les orientant vers les partenaires institutionnels et les acteurs économiques du territoire. 

Les salariés sont de véritables caméléons !

Travailler à temps partagé n’est pas à la portée de tous. Le quotidien des salariés n’est jamais le même ! Tout peut changer d’une entreprise à une autre.  Dans les GE multisectoriels tels que Gemploi, ils peuvent être confrontés à des missions, des problématiques et des organisations différentes. Autant de situations qui vont leur permettre d’enrichir leurs compétences et de les mettre au service des entreprises pour lesquelles ils travaillent.

Le travail à temps partagé demande une grande capacité d’adaptation pour passer d’une situation à une autre et gérer les urgences. Des qualités organisationnelles sont donc indispensables.

Quelle que soit sa qualification, chaque salarié est perçu par le dirigeant comme un expert dans son domaine. Quelle meilleure forme de reconnaissance que de voir son travail participer à la valeur ajoutée de son entreprise !